Royaume-Uni / Londres
Les subtilités Ambient / Techno


Aphex Twin, "Selected Ambient Works 85-92", R&S / Distance
En 93, les songes sonores d'Aphex Twin marquent l'arrivée d'une très jeune génération sur la scène techno. Raffinés et introvertis, les "travaux" du jeune Richard D. James baignent dans des ambiances marines et industrielles qui lorgnent autant du côté de Satie et Debussy que de la techno orthodoxe façon Detroit. Avec ce déjà un grand classique, naît autour d'Aphex Twin une esthétique techno qui explose depuis deux ans : entre ambient et electronica, à la fois planante et expérimentale, mélodique et sans contrainte. Une démarche que l'on retrouve autant dans le tout dernier Aphex Twin, "Richard D. James Album" et sa drum & bass introvertie, que chez des artistes tels Black Dog ou As One.

KLF, "Chill out", KLF Com / Sony (Import)
Ce premier disque ambient de l'univers techno, sorti début 90, est l'oeuvre des deux fous de KLF, Jimmy Cauty et Bill Drumond. Pochette clin d'oeil au flottant "Atom Heart Mother" de Pink Floyd pour une musique du petit matin, chant d'oiseaux et synthés planants : le parfait cocktail pour descendre après la rave. Huit ans déjà et pas une ride.

The Orb, "The orb's adventures beyond the ultraworld", Big Life / Virgin
Second disque séminal de l'ambient, sorti quant à lui en 91, ce double album de The Orb abonde, tout comme le "Chill Out" des KLF, de références au Floyd. Mais les racines de la bande à Alex Paterson sont plus jamaïcaines que rock, d'où ces deux heures qui modernisent le dub et mettent sur orbite les ravers avec son immense voyage sonore où l'on perçoit sur quelques comètes la guitare de Steve Hillage...

William Orbit, "Strange Cargo III", Virgin
"Strange Cargo III" est un album unique, beau et mélodique comme rarement la techno se le permet. Avec ses ambiances zen et ses superbes voix éthérées - dont celle de Beth Orton -, William Orbit navigue entre soul et techno, Portishead et Tangerine Dream.

Autechre, "Chiastic Slide", Warp / PIAS
L'art d'Autechre, c'est un jeu savant entre de sourdes et plaintives mélodies et un méli-mélo de beats concassés, enrobés de détails électro-analogiques, grésillements et vrombissements, ruptures de ton et déviances diverses. Autechre, c'est bien plus que de la techno : un réquisitoire, une plongée vertigineuse dans les méandres de la machine.

Future Sound of London, "Dead Cities", Virgin
A l'écoute de cet album, on imagine de belles cités futuristes en ruine, hantées par des hybrides hommes machines... La musique de Future Sound of London se voit, tel un cinéma sonore, grâce à ces océans de sons, de bruits et de samples dont ils sont les maîtres incontestés.

"Em:t 0094", "Em:t 2295", T:me / Media 7
Débutée en 94, la collection Em:t a donné ses lettres de noblesse au renouveau du genre ambient. Sons acoustiques ou pris dans la nature, harmonies synthétiques ou voix chaleureuses, ces deux compilations sont de délicieuses rêveries sonores. Et désormais de grands classiques.

Fila Brazillia, "Black Market Gardening", Pork / Clémusic
Figure de proue du curieux label Pork à l'étrange mix instrumental de techno, de trip hop et d'easy listening, Fila Brazillia dessine de la musique paysagiste. Airs d'ambient, humeurs trip hop, grooves house, clins d'oeil disco et réminiscences acid jazz... Tout est ici assimilé pour produire un crû léger et radicalement neuf. Forcément précurseur.

Sasha & John Digweed, "Northern Exposure", Ministry Of Sound / Distance
Ce somptueux double CD révèle l'une des nouvelles tendances en vogue outre-Manche, celle de l'"epic-house" : une techno qui délaisse le pur dancefloor pour se concentrer sur un feeling sensuel et stratosphérique, mâtiné de synthés planants, d'envolées lyriques et de grooves chaleureux.


*
Aphex Twin KLF The Orb William Orbit

Autechre F.S.O.L "Em:t 0094" Fila Brazillia

Sasha & John
Digweed